Déclaration de la porte-parole du Conseil national de sécurité, Emily Horne